Manitas de Plata

C’est tout juste si je l’avais croisé, étoile montante de la musique gitane, dans tel bar d’Aigues-Mortes où il venait souvent en voisin. Aujourd’hui, je regrette de n’avoir pas tenté une vraie rencontre mais alors, je préférais déjà aux vedettes en pleine lumière les humbles de la pénombre. Dans le cas de Manitas, j’avais tort.

J’en ai pris conscience bien plus tard, lorsqu’en 1994 nous nous sommes rencontrés à Genève. J’avais à l’esprit ses frasques amoureuses, ses voitures de luxe jouées et perdues aux dés, sa légende. C’est un tout autre homme qui m’a accueilli, simple, réservé, pudique, croyant. Après de longs mois de silence, il reprenait provisoirement la guitare et la route pour soutenir ses neveux du groupe Camargue.

Lire la suite et voir le document filmé…