Une forêt nommée Brocéliande

 

Druide Dwrdan -Solstice d'hiver

Brocéliande… Ce seul nom évoque le romantisme de l’imaginaire, l’attrait de l’inconnu et la fraîcheur de l’enfance. Ce qui reste aujourd’hui de la forêt de Paimpont (c’est son nom français…) n’est rien comparé à l’immense territoire boisé qui a tant excité, au fil des siècles, l’imagination des Bretons et qui, plus encore, les a protégés des invasions terrestres. L’ombre du roi Arthur, de Lancelot, de Perceval, de la fée Viviane et de Merlin l’Enchanteur y rôde encore.

Comment les mythes de la grande Bretagne ont-ils pu franchir les eaux pour parvenir jusqu’ici, au coeur de la Bretagne petite? La magie n’explique peut-être pas tout… C’est sans doute au XIIème siècle que des intellectuels se mirent au service du nouveau maître de la Bretagne, Henri II Plantagenêt, et acclimatèrent à la Bretagne intérieure les mythes des îles britanniques. En accréditant la légende d’un roi Arthur régnant sur les deux Bretagne, c’est son propre règne que Plantagenêt s’efforçait ainsi d’asseoir de ce côté-ci de la Manche.

Il n’empêche. Une greffe ne prend vraiment que si la terre est hospitalière. Les mythes grand-bretons ne fleurirent en petite Bretagne que parce que, de part et d’autre de la mer, les deux peuples puisaient à la même origine, à la même histoire engloutie. Pas étonnant que ces mythes aient éclos – ou ressuscité – parmi les arbres de Brocéliande, pieux dressés entre terre et étoiles, lien cosmique entre la glèbe qui nous vit naître et l’absolu auquel nous aspirons. La pointe d’un pied se pose sur la mousse charnue; un taillis craque, un cri s’élève. Un nuage passe qui obscurcit un instant le sous-bois et annihile les ombres. Cette nuit de pleine lune, le même lieu portera d’autres ombres, d’autres craquements, d’autres cris. Dans la forêt, l’homme est un guetteur. S’il veut survivre dans ce monde comme dans l’autre, aucun bruit ne doit lui échapper. A l’épissure de la clairière passe Merlin, initiant Viviane aux sortilèges qui le rendront à jamais prisonnier.

Laissez un commentaire. Merci.